EXPLORER
La Bande noire.

LA BANDE NOIRE.
Des destructeurs de châteaux et d'abbayes.

[La Bande noire] À partir de la Révolution Française (1789), les biens de l'église (abbayes) et des nobles (châteaux) sont confisqués par l'État qui les revend. Certains investisseurs pourris, notamment de l'Assemblée Nationale, s'entendent pour les racheter à bas prix et les occuper. Mais comme les temps changent (retour à la monarchie), ils s'empressent de découper les domaines pour les vendre en parcelles à bâtir. Ou bien, ils détruisent tout simplement les édifices pour revendre les matériaux! Cette pratique dure près de quarante ans et fait disparaître tout ou partie de nombreux châteaux et édifices religieux. Par exemple l'abbaye de Royaumont (aujourd'hui en ruine), le château de Chantilly et le château de Sceaux (détruits, et reconstruits par la suite). Même Notre Dame de Paris a failli être détruite! Certaines grandes fortunes actuelles de France sont le résultat direct de cette spoliation...
Texte: ©Seevisit David Mani
Photo: ©Seevisit Patrick Palmas
OÙ VOIR LA BANDE NOIRE?
3 etoile(s)ABBAYE DES VAUX-DE-CERNAY. Un cadre enchanteur. [Abbaye des Vaux-de-Cernay] L'Abbaye des Vaux-de-Cernay a été fondée au 12e siècle. L'abbaye est riche et se développe rapidement, car les Seigneurs des environs lui font de nombreux dons. De nombreux sites dépendent de l'Abbaye, comme par exemple l'Abbaye de Port-Royal des Champs. À partir du 14e siècle, l'activité de l'Abbaye commence à ralentir. Au 18e siècle, peu de temps après la Révolution, les moines sont chassés et l'abbaye est vendue, dans des conditions plus que discutables. Voir la section "la Bande Noire" ci-dessous. Les biens de l'Abbaye sont vendus, et les bâtiments sont démolis pour réutiliser les pierres! Heureusement, au 19e siècle, le domaine est racheté par le baron Nathaniel de Rothschild qui consacre une part de sa vie à sa reconstruction. En 1988, le domaine est racheté par le groupe hôtelier Savry, et aujourd'hui le domaine est un lieu enchanteur, mêlant cadre naturel ravissant, ruines mystérieuses, hôtels de luxe, voitures de sports et jardins élégants... À voir absolument!
Texte: ©Seevisit Patrick Palmas
Photo: ©Seevisit Patrick Palmas
ITINÉRAIRE PARKING
8 etoile(s)BRUXELLES. Capitale de l'Union. [Bruxelles] Si Bruxelles vous évoque une ville bureaucratique et triste, vous avez tout faux! C'est une ville internationale, vivante et resplendissante. Son agglomération compte aujourd'hui 1,2 millions d'habitants. La vieille ville se trouve à l'intérieur d'un pentagone, la forme de ses anciens remparts. C'est une ville de contraste. Dans ce pentagone, d'une rue à l'autre, vous pouvez passer des quartiers populaires au sud, aux quartiers touristiques au centre, aux quartiers branchés au nord et aux quartiers des arts à l'est. Beaucoup de quartiers à découvrir en somme! Et comme les deux autres attractions immanquables de Bruxelles, le quartier européen et l'Atomium (photo), sont en dehors du pentagone, un jour ne suffira pas pour tout voir!
Texte: ©Seevisit Patrick Palmas
Photo: ©Seevisit Patrick Palmas
ITINÉRAIRE PARKING
7 etoile(s)DIJON. Ville piquante aux cent clochers. [Dijon] Dijon compte 240.000 habitants. Elle est la capitale de la Bourgogne, et depuis 2016 de la Bourgogne-Franche-Comté. Labellisée "ville d'art et d'histoire", Dijon pourrait bien vous surprendre. Avec sa riche histoire, ses rues étroites, ses maisons à pans de bois, elle vous offrira un moment de pur plaisir. Célèbre pour son palais des Ducs de Bourgogne, elle regorge aussi d'églises, ce qui lui a donné son surnom de "Ville aux cent clochers". Dijon est aussi la ville parfaite pour un petit weekend gastronomique, à la découverte des saveurs régionales, au premier rang desquelles ses prestigieux vins de Bourgogne, de renommée mondiale.
Texte: ©Seevisit Patrick Palmas
Photo: ©Wikipedia
ITINÉRAIRE PARKING
3 etoile(s)ONZAIN. Et son château dépecé par la bande noire. [Onzain] Onzain est un joli petit village de 4.000 habitants, avec sa jolie place et sa charmante église... Sans oublier son château disparu! Il n'en reste en fait que quelques murs, ainsi que les douves qui sont toujours en eau. En 2010, les villages de Onzain et de Veuves ont fusionnés pour ne former qu'une seule commune: Veuzain-sur-Loire.
Texte: ©Seevisit Nelly Perrotte
Photo: ©Seevisit Patrick Palmas
ITINÉRAIRE PARKING
PALMA SPEAK. Apprenez l'anglais dix fois plus vite. Pour apprendre l'anglais, la bonne méthode, c'est celle qui fait parler. Grâce à notre méthode, en cours individuel ou en groupe de trois, vous progressez jusqu'à dix fois plus vite qu'avec les autres méthodes.
Photo: ©Seevisit Palma Speak
AUTRES SUJETS:
MONASTÈRE, ABBAYE, PRIEURÉ, COUVENT. Quelle différence? Un monastère est un ensemble de bâtiments abritant une communauté religieuse. Un monastère peut être:
• Une abbaye, dirigée par un abbé,
• Un prieuré, dirigé par un prieur, c'est un monastère de moindre importance,
• Un couvent, pour les Franciscains et Dominicains.
Texte: ©Seevisit David Mani
Photo: ©Seevisit Patrick Palmas
STYLES DES ÉGLISES. Apprenez à les reconnaître. (Photos de gauche à droite, de haut en bas).
• Le byzantin (du 6e au 15e siècle) est le prolongement du style romain dans l'Empire Romain d'Orient. Les édifices ont un plan en croix grecque et souvent un dôme.
• Le roman (du 10e au 12e siècle) se reconnait à sa simplicité et ses murs épais.
• Le gothique (du 12e au 17e siècle) correspond à une architecture élancée et légère. Légère, sauf si une gargouille vous tombe sur la tête :-)!
• Le renaissance (16e siècle) se caractérise, d'une part par ses pilastres (≡piliers carrés à moitié encastrés dans le mur), et d'autre part par son décor, riche et varié, représentant des scènes d'époque ou de la mythologie.
• Le baroque (16e siècle) est un style italien qui exagère!
• Le néoclassique (18e siècle) imite le style gréco-romain (colonne, fronton...).
• L'éclectisme (19e siècle) mélange différents styles.
• Le contemporain (20e siècle) utilise majoritairement le béton, permettant toutes sortes de formes surprenantes.
Et vous, quel est votre style :-)?
Texte: ©Seevisit David Mani
Photo: ©Seevisit Patrick Palmas
DORIQUE, IONIQUE, CORINTHIEN. Quelle différence? Comment distinguer les trois ordres (≡styles) du classicisme grec? C'est facile!
• Le style dorique (photo de gauche) est le plus ancien car il date du 6e siècle avant JC. Ses chapiteaux (≡dessus) sont sobres, sans décoration.
• Le style ionique (photo du milieu) date du 4e siècle avant JC. Ses chapiteaux comportent des volutes orientées vers le bas.
• Le style corinthien (photo de droite) date du 6e siècle avant JC. Ses chapiteaux comportent une décoration végétale.
Texte: ©Seevisit David Mani
Photo: ©Seevisit Patrick Palmas
LES VIKINGS. Nos ancêtres normands. Au 9e siècle, les Vikings, venus du nord sur leurs puissants drakkars, prennent l'habitude de venir chaque année piller les villes situées sur l'embouchure de la Seine, par exemple Rouen. Mais progressivement, ils ont pris goût au "shopping" et ont décidé de ne plus rentrer au pays pendant l'hiver, mais de rester et de piller sans relâche. Un peu comme si les soldes duraient toute l'année! Incapable de stopper ces envahisseurs, le roi de France, Charles le Simple, a signé un traité (traité de Saint-Clair-sur-Epte) avec Rollon, le chef des Vikings. Le roi a cédé aux Vikings le comté de Rouen pour qu'ils ne poursuivent pas leurs invasions. Voici comment les hommes du nord ("nord man") ont donné leur nom à la "Normandie". Rollon est devenu le premier Duc de Normandie. Mais il a dû faire allégeance au Roi de France. Pour ce faire, il devait s'agenouiller pour baiser le pied du roi. La légende raconte qu'il refusa et confia la besogne à l'un de ses compagnons d'armes. Mais son compagnon a soulevé le pied du roi si haut qu'il en serait tombé du trône... Les Normands ne se soumettent pas facilement! On le verra bien plus tard avec Guillaume le Conquérant, arrière-petit-fils de Rollon. À suivre...
Texte: ©Seevisit Sandra Chatelain
Photo: ©Seevisit Patrick Palmas
MUR DE L'ATLANTIQUE. 13.000 blockhaus. En 1941, l'Allemagne décida de créer une ligne défensive le long de l'Atlantique car elle craignait une invasion du continent par les Alliés depuis l'Angleterre. Au départ, cette ligne défensive se trouvait particulièrement dans les ports, car les Allemands pensaient qu'un débarquement ne pourrait avoir lieu que dans un port. Mais ensuite, les Allemands pensèrent qu'il fallait tout protéger, y compris les plages. Commença alors la construction d'environ 13.000 blockhaus, par les soldats allemands, les prisonniers, et même les entreprises françaises! En moyenne, le mur de l'Atlantique comportait un blockhaus tous les 300 mètres. On sait maintenant, que cela n'a pas suffit!
Texte: ©Seevisit David Mani
Photo: ©Seevisit Patrick Palmas
CONDITIONS GÉNÉRALES. • L'utilisation de Seevisit ne confère aux utilisateurs aucun droit de propriété intellectuelle sur ses contenus. • Les informations disponibles sur Seevisit sont gratuites et peuvent comporter des erreurs. Un utilisateur ne pourra tenir Seevisit responsable d'un éventuel préjudice en cas d'information erronée. • Seevisit crée des liens hypertextes vers des sites ne lui appartenant pas et sur lesquels il ne dispose d'aucun contrôle. • Les utilisateurs qui chargent des textes ou des photos s’engagent à en être les auteurs ou à en disposer des droits. Ils autorisent leur utilisation gratuite. • Seevisit ne collecte et n'utilise aucune information personnelle sur ses utilisateurs, hormis l'e-mail s'il a été renseigné.
AUTEURS. Les cartes Seevisit sont éditées grâce aux fonds de carte Umap. Les auteurs des textes et des photos sont indiqués à la fin de chaque section.
Présentation de la page. Bande noire, château, abbaye, révolution.
PDF

682 visites sur cette page. 695.007 visites sur les pages seevisit